Mon blog a moi

Comment peut-on calculer la capacité d’auto financement d’une entreprise ?

La capacité d’autofinancement  est le principal indicateur  de la performance de l’entreprise. Il se calcule à partir des revenus. Il démontre le flux éventuel de la trésorerie au sein de l’entreprise, qui est un ancien actif généré par ses activités avant la fin de l’année. L’autofinancement indique que l’activité a généré trop de recette internes, ce qui pourrait être due à plusieurs actions du directeur commercial: augmenter son fonds de rotation et assurer sa trésorerie; faire des investissements afin d’ améliorer sa performance; restituer les prêts et les dettes en respectant la durée de remboursement afin de promouvoir l’indépendance de l’entreprise financièrement, transférer des parts aux acquéreurs.

Méthode de calcul de la capacité d’autofinancement, éléments de calcul de la capacité d’autofinancement et formule de calcul de la capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement ne devrait pas être mélangée avec l’écoulement de paierie, puisqu’elle ne prend pas en compte les retards de revenus et de dépenses. Cependant, il fournit des informations stratégiques aux prêteurs. En liant la CAF à la capacité de facturation, les banques peuvent déduire l’aptitude de l’entreprise à restituer sa dette. Par conséquent, lorsque les administrateurs de l’entreprise demandent un nouveau financement, ce ratio sera priorisé. cliquez ici

La capacité d’autofinancement calcul est basé sur l’excédent ou le bénéfice d’exploitation total de l’année. Le profit est le revenu qui peut être tiré par l’entreprise, mais qui est par la suite est déduit de tous les paiements, les taxes, led droits, les achats, les locations, etc. Le cumul représente les produits payables acquis à court, moyen ou à long terme. Ces produits sont disponible pour l’entreprise chaque mois et sont utiles pour les futures tâches de l’entreprise. Le calcul du CAF peut se faire de deux manières différentes, à partir de deux composants du flux de revenus. Les excédents bruts d’exploitation (EBE) montre si l’entreprise est performante économiquement selon la production réalisé ; le revenu net ou l’intervalle entre les revenus et les dépenses de l’entreprise. Par rapport aux choix de méthode de calcul de la CAF, les éléments cités ci-après surgissent: ls dépenses d’argent non inclus dans l’EBE comme les sanctions, contraventions, les dépenses calculées et les revenus calculés, n’impliquant pas une sortie ou une entrée  d’argent  (provision, distribution, amortissement), la valeur réelle au comptant des actifs vendus, les revenus de cession d’actifs qui représentent le prix de vente de la cession d’immobilisations.

Calcul par méthode soustractive

Cette méthode de calcul suit directement la définition du CAF. Il s’agit d’une simulation de calcul basée sur la source du CAF. Par conséquent, le CAF est la différence entre les revenus et les dépenses d’exploitation et la performance normale de l’entreprise (c’est-à-dire le financement ou l’investissement). Les produits calculés (respectivement par les charges de revenus) peuvent générer des revenus (respectivement des dépenses). En revanche, les produits calculés (respectivement les charges) ne généreront pas de cash flow. En fait, l’excédent d’exploitation total est ajouté au transfert des dépenses d’exploitation et aux autres dépenses qui peuvent être générées par les activités normales, et les autres dépenses qui peuvent être consommées par les activités normales sont déduites.

Calcul par méthode additive

La deuxième méthode de calcul est généralement plus rapide que la première méthode de calcul. Elle est donc plus utilisée en mensualite. Celui-ci est calculé sur la base de la distribution CAF. Vous pouvez également calculer le CAF à partir du bénéfice net. Ajouter les dépenses calculées (amortissements et réserves) au CAF, puis soustraire le revenu calculé des réserves et des amortissements. L’impact sur les activités financières et les activites d’investissement qui apparaît dans le compte de résultat doit également être éliminé du résultat net. Tout d’abord, soustrayez la part des subventions à l’investissement qui a été convertie en impôts sur le revenu et qui sont des produits calculés. Deuxièmement, vous devez ajouter la valeur nette du compte de l’actif vendu et soustraire le revenu  de la vente d’actifs car ces deux derniers sont inférieurs à la fonction d’investissement. De plus, VNCEAC est une charge calculée. Au contraire, l’ASEP est un produit commercialisable qui correspond au prix de l’actif vendu.

Quel est l’avantage de l’amélioration de la capacité d’autofinancement?

Avoir une bonne capacité d’autofinancement est l’objectif de chaque entreprise. Ce qui rapporte beaucoup d’avantages. Par l’amélioration de  sa capacité d’autofinancement, l’entreprise aura un plus grand pouvoir pour négocier. En fait, plus le CAF est élevé, plus le risque pour les banquiers concernant les mensualités est faible. Les fonctionnalités avec un risque plus faible (ayant le CAF le plus élevé) sont meilleures par rapport aux fonctionnalités avec un CAF le plus bas. Ainsi, les conditions du prêt ou de l’investissement seraient variable en fonction du niveau de trésorerie. À mesure que le degré de liberté augmente, les entreprises deviennent plus calmes et plus faciles à gérer surtout lors des crises. Enfin, il faut se souvenir que tout financement coûte de l’argent. Par conséquent, tant que le taux d’imposition maximal sur la dette totale sera faible, il faudra endurer un énorme fardeau financier et le coût financier externe global sera énorme.

Quitter la version mobile