Que considère-t-on énergie libre ?

énergie libre

Il y a eu beaucoup de débats sur ce qu’on appelle souvent l’énergie “gratuite” – une énergie qui, avec la bonne technologie, peut être tirée directement de l’atmosphère, et en quantité très abondante. Les débats portent sur l’existence ou non de cette énergie, sur son coût réel si elle était exploitée, et si elle existe, est-elle vraiment aussi abondante et efficace que le prétendent les partisans de la recherche et du développement de cette source d’énergie alternative potentielle.

Lorsque l’on entend l’expression “dispositif à énergie gratuite”, on peut entendre parler de l’un des différents concepts. Il peut s’agir d’un dispositif permettant de collecter et de transmettre l’énergie d’une source que la science orthodoxe ne reconnaît pas, d’un dispositif qui collecte l’énergie à un coût absolument nul ou d’un exemple de la légendaire machine à mouvement perpétuel. Il va sans dire qu’une machine à mouvement perpétuel – une machine qui se met en marche toute seule, pour toujours, et qui n’a donc plus besoin d’énergie et ne s’épuise jamais – est impossible. Cependant, il n’est pas si simple de dire qu’une nouvelle technologie permettant d’exploiter l’énergie “flottant” dans l’atmosphère est impossible. Les nouvelles technologies remplacent sans cesse les anciennes par des capacités qui étaient tout simplement “impossibles”. Exploiter la puissance de l’atome pour fournir d’énormes quantités d’énergie était “impossible” jusque dans les années 1940. Les êtres humains volants étaient “impossibles” jusqu’au début du XXe siècle et au vol des frères Wright. Cliquez ici pour découvrir d’autres exemples comme les ampoules led.

La plus grande affirmation des partisans de l’énergie “libre” est que d’énormes quantités d’énergie peuvent être tirées du champ du point zéro. Il s’agit d’un état mécanique quantique de la matière pour un système défini, qui est atteint lorsque le système se trouve dans l’état d’énergie le plus bas possible. C’est ce qu’on appelle l'”état fondamental” du système. L’énergie du point zéro (ZPE) est parfois appelée énergie “résiduelle” et a été proposée pour la première fois comme forme d’énergie alternative en 1913 par Otto Stern et Albert Einstein. Elle est également appelée “énergie du vide” dans les études de mécanique quantique, et elle est censée représenter l’énergie d’un espace totalement vide. Ce champ d’énergie dans le vide a été comparé à la mousse au pied d’une chute d’eau par l’un des principaux chercheurs et partisans de Hal Puthof. Puthof explique également que le terme “point zéro” signifie simplement que si l’univers était refroidi jusqu’au zéro absolu, où tous les effets de l’agitation thermique seraient gelés, cette énergie subsisterait encore. Ce qui est moins connu, cependant, même parmi les physiciens praticiens, ce sont toutes les implications qui découlent de cet aspect connu de la physique quantique. Cependant, un groupe de physiciens – moi-même et des collègues de plusieurs laboratoires de recherche et universités – examinent les détails, nous nous demandons par exemple s’il serait possible d'”exploiter” ce réservoir d’énergie pour l’utiliser comme source d’énergie alternative, ou si ce champ d’énergie de fond pourrait être responsable de l’inertie et de la gravité. Ces questions sont intéressantes car on sait que cette énergie peut être manipulée, et il est donc possible que le contrôle de cette énergie, et éventuellement de l’inertie et de la gravité, cède le pas à des solutions techniques. Certains progrès ont été réalisés dans une sous-catégorie de ce domaine (électrodynamique quantique des cavités) en ce qui concerne le contrôle des taux d’émission des atomes et des molécules excités, intéressant la recherche sur les lasers et d’autres domaines.