Mon blog a moi

Une alimentation anti-inflammatoire protège contre la perte osseuse

La perte osseuse et donc, la susceptibilité aux fractures touchent particulièrement les femmes après la ménopause. Cependant, il y a beaucoup à faire pour éviter cela. Même si la perte osseuse s’est déjà installée, des mesures holistiques telles qu’un régime alimentaire spécifique peuvent aider à stopper la perte osseuse et à réduire le risque de fractures.

Un régime anti-inflammatoire réduit le risque de perte osseuse

Les National Institutes of Health NIH (autorités sanitaires américaines) estiment que plus de 53 millions de personnes aux États-Unis seulement souffrent d’ostéoporose ou sont sur le point d’en développer en raison de la faible densité osseuse existante. En Allemagne, il y a 8 millions de personnes atteintes d’ostéoporose.

L’ostéoporose, en particulier, est l’une des principales causes de fractures osseuses chez les personnes âgées. Les fractures osseuses typiques de l’ostéoporose touchent la hanche, le poignet et la colonne vertébrale. Les fractures de la hanche sont particulièrement graves car elles nécessitent une hospitalisation et une intervention chirurgicale.

On dit souvent que l’ostéoporose est simplement liée à l’âge et donc, inévitable pour les personnes qui en ont la disposition. Cependant, de nombreux experts médicaux s’accordent aujourd’hui à dire que l’ostéoporose peut être clairement évitée.

Une nouvelle étude de l’université de l’État de l’Ohio le confirme, car les scientifiques impliqués, dirigés par le Dr Tonya Orchard, professeur adjoint de nutrition humaine, ont découvert un lien clair entre l’alimentation et le risque d’ostéoporose. Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Journal of Bone and Mineral Density à la fin du mois de décembre 2016.

Un régime anti-inflammatoire améliore la densité osseuse

Pour leur étude, Mme Orchard et son équipe ont analysé les données de l’étude Women’s Health Initiative (WIH) et ont comparé les niveaux de nutriments pro-inflammatoires dans le régime alimentaire des sujets avec la densité osseuse et l’incidence des fractures osseuses.

Le WIH est la plus grande étude sur la santé des femmes postménopausées jamais réalisée aux États-Unis. Les données sont celles des années 1993 à 1998.

Les chercheurs ont utilisé le soi-disant indice d’inflammation de la nutrition DII (Dietary Inflammatory Index) et ont cherché des corrélations avec le risque de fracture osseuse.

Des données nutritionnelles étaient disponibles pour plus de 160 000 femmes âgées de 63 ans en moyenne qui n’avaient jamais subi de fracture de la hanche avant le début de l’étude. En outre, les valeurs de la densité osseuse de 10 290 de ces femmes étaient disponibles. Les femmes sont, désormais, suivies sur une période de 6 ans. D’autres influences possibles telles que l’âge, la nationalité, la couleur de la peau, etc. ont été prises en compte dans l’évaluation ultérieure.

Les chercheurs ont constaté dans le groupe de femmes à la peau claire que les fractures de la hanche étaient d’autant plus fréquentes que les composants inflammatoires étaient présents dans l’alimentation. Le risque de fractures a, alors, augmenté jusqu’à 50 %. En revanche, les femmes qui suivaient un régime anti-inflammatoire ont perdu beaucoup moins de densité osseuse pendant la période d’observation de 6 ans.

Le régime anti-inflammatoire pour prévenir la perte osseuse

Le Dr Orchard et ses collègues ont conclu que l’alimentation semblait avoir une influence évidente sur la santé des os et que les femmes pouvaient réduire leur risque de perte osseuse grâce à une alimentation saine.

Cela nécessite un régime anti-inflammatoire de haute qualité. Les composants anti-inflammatoires sont, notamment, les substances végétales secondaires, les fibres alimentaires, certains minéraux (par exemple le magnésium) et les acides gras oméga-3.

Le régime anti-inflammatoire est donc composé comme suit :

– Beaucoup de fruits, légumes, pousses et salades

– Produits de grains entiers au lieu d’extraits de farines

– Noix et graines

– Les légumineuses

– Certains poissons ou d’une autre source d’ oméga-3 acides gras ( huile de lin , l’ huile de chanvre , les graines de chia ou compléments alimentaires correspondants)

Toutefois, les aliments suivants sont considérés comme favorisant l’inflammation :

– Graisses animales à forte teneur en acide arachidonique (poulet, abats, bœuf et porc, beurre , œufs, etc.)

– Huiles végétales à forte teneur en oméga-6 (huile de tournesol, huile de carthame, huile de pépins de raisin, huile de soja, etc.)

– Sucre et produits sucrés

– Boissons alcoolisées

– Produits céréaliers à base de farines d’extrait

Les aliments qui conviennent particulièrement à un régime anti-inflammatoire sont décrits sur plusieurs sites web : Le régime anti-inflammatoire

Quitter la version mobile