Fabrication de prothèse oculaire sur mesure : A qui faire appel ?

Prothèse-oculaire

Publié le : 23 février 20216 mins de lecture

La perte d’un œil peut représenter un handicap important dans la vie professionnelle et sociale. Le remplacement oculaire est une étape importante qui permet de retrouver la confiance en soi.

Qu’est-ce qu’une prothèse oculaire ?

Certains traumatismes consécutifs à un accident peuvent provoquer la perte d’un œil. Des spécialistes sont à même de fabriquer alors une prothèse sur mesure. Pour en savoir plus, cliquez ici. Mais ce ne sont pas les seuls motifs qui amènent au port d’une prothèse. Certaines malformations congénitales ou maladies comme le glaucome néo-vasculaire ou un herpès peuvent entraîner le port d’une prothèse. Enfin, pour des raisons esthétiques, il est possible de poser une prothèse de recouvrement sur un globe oculaire non voyant ou mal voyant.

Les prothèses sont fabriquées à partir d’une résine très résistante. C’est le même matériau que celui qui est utilisé pour la mise en œuvre des prothèses dentaires.

Il s’agit d’une lentille de contact de grande taille qui est parfaitement opaque et sur laquelle est peint un iris. La prothèse vient s’insérer dans la cavité orbitaire dont elle assure le maintien grâce aux paupières supérieure et inférieure, ce qui permet d’obtenir un volume et d’assurer une bonne contention du cul-de-sac conjonctival tout en favorisant la circulation des larmes. Elles sont nécessaires pour une tenue parfaite de la prothèse.

La fabrication d’une prothèse se fait en plusieurs étapes :

  • La première consiste en la prise de l’empreinte de la cavité orbitaire. Cette empreinte permettra de fabriquer un contretype opaque qui sera ajusté pour correspondre exactement au volume et à la courbure de la cavité du patient.
  • La deuxième se situe sur le plan esthétique. Pour un rendu le plus proche possible de celui de l’organe naturel, une étude chromatique de la sclérotique, de la vascularisation et de l’iris est effectuée. L’iris est peint à la main et le veinage de l’œil est reproduit à l’identique de celui de l’œil valide.

Prothèse pour remplacer un œil perdu

Après une chirurgie ablative (soit une énucléation, soit une éviscération), un implant poreux qui permet une bonne colonisation par le tissu orbitaire est mis en place. L’implant permet de combler la perte de volume due à l’amputation et c’est sur lui que le chirurgien sera en mesure de fixer les muscles oculomoteurs. En cas d’énucléation, il est nécessaire d’entourer l’implant à l’aide de tissus synthétiques ou de procéder à une greffe (aponévrose temporale ou sclère autologue).

Prothèse de recouvrement ou coque sclérale

Elles peuvent être posées sur un œil qui est non voyant ou mal voyant. Si aucune contre-indication médicale ne s’y oppose, le globe oculaire est conservé. Deux conditions sont alors indispensables :

  • Son volume doit être diminué par rapport à l’autre œil pour des raisons esthétiques. Sinon, la prothèse va créer une surépaisseur. Par contre, s’il est très réduit, cela ne pose pas de problème, car il est toujours possible de fabriquer une prothèse de plus grande épaisseur.
  • Il ne faut pas qu’il soit douloureux, car l’appareillage ne serait pas supporté par le patient. Toutefois, un chirurgien ophtalmologiste peut réaliser un recouvrement conjonctival sur la zone sensible du globe pour permettre la pose d’une prothèse.

En cas de conservation du globe oculaire, ce qui est toujours préférable, la mobilité de la prothèse sera excellente puisque le globe est toujours relié aux muscles oculomoteurs. Si la cornée, qui est la zone la plus sensible de l’œil, est toujours en place, le praticien veillera à ce que la prothèse ne la touche pas.

Entretien de la prothèse

Un œil de verre nécessite un entretien pour s’assurer de le conserver durablement en excellent état. Avant de le retirer, il est important de bien se laver les mains, car une hygiène rigoureuse est indispensable. Un œil de verre se retire en commençant par tirer sur la paupière inférieure avec la main droite pour les droitiers. À l’aide de l’index de l’autre main, il faut déloger la prothèse en s’aidant de préférence avec une petite ventouse. Il restera à soulever la paupière supérieure et à enlever la prothèse en veillant à ce qu’elle ne vous échappe pas.

Sa remise en place nécessite de relever la paupière supérieure, puis de positionner la partie haute de la prothèse sous la paupière. Quand elle est en place, il faut abaisser la paupière inférieure et pousser la prothèse pour qu’elle se positionne dans l’orbite. Une vérification de son centrage se fera devant un miroir.

Un œil de verre nécessite un entretien régulier. Un nettoyage quotidien permet d’enlever les sécrétions en excès et de baigner la cavité oculaire. Une fois par mois, il est nécessaire d’utiliser le même produit d’entretien que celui qui est utilisé par les porteurs de lentilles souples pour bien nettoyer votre prothèse, puis de la rincer à l’aide de sérum physiologique.

Enfin, il ne faut pas omettre de procéder à son polissage. Celui-ci doit être réalisé au minimum une fois chaque année. Cette intervention ne nécessite pas que vous soyez muni d’une ordonnance. Il s’effectue chez l’oculariste. Il est destiné à conserver une brillance à la prothèse. Il s’agit de retirer des dépôts de sécrétions qui finissent par l’altérer. Il améliore la lubrification lacrymale et la mobilité des paupières. 

Plan du site