Quatre questions à se poser avant de quitter un emploi

Pour atténuer le choc du retour au travail après les vacances, vous pouvez choisir de vous poser quelques questions sur l’opportunité de quitter votre emploi. A l’heure où le marché du travail est très incertain, où la précarité et la crise rendent de plus en plus difficile la recherche d’un emploi, il peut sembler paradoxal de lire un article sur les avantages de quitter son emploi quand on a la chance d’en avoir un.

Le fait est, cependant, que les conséquences de l’acceptation de conditions de travail qui affectent négativement sa vie peuvent être au moins aussi graves que l’absence d’emploi. Cet article est inspiré de “faits réels”, à savoir un ancien travail d′une ami, celui qui l′a entraîné dans la pire réunion de sa vie.

Rétrospectivement, son ancien patron à le mérite de l’avoir fourni le type de matériel avec lequel Paolo Villaggio a écrit le livre qui a lancé la saga Fantozzi. Le connaissant (l′ancien patron, pas Paolo Villaggio), s’il savait qu’il était le sujet d’une série d’articles, il lui demanderait probablement les droits.

Si vous vous retrouvez piégé dans un emploi qui vous rend extrêmement malheureux, voici quatre questions à vous poser avant de signer votre lettre de démission.

1. L’argent vous rend-il heureux ?

Il ne s’agit pas d’une question rhétorique, car nous ne parlons pas de l’argent comme d’un concept abstrait et du bonheur comme d’un concept encore plus abstrait. La question pourrait être formulée plus correctement comme suit : votre argent vous rend-il heureux ?

Un travail qui ne reflète pas entièrement les passions individuelles est généralement rendu supportable par deux choses : un environnement professionnel agréable et un style de vie gratifiant. Vous pouvez survivre avec un seul de ces deux éléments, mais si vous n’avez pas les deux, il est difficile de rester sain d’esprit.

Voici un test rapide : énumérez cinq dépenses, effectuées au cours de l’année écoulée, qui vous ont véritablement satisfait. Si votre mémoire vient de produire un message d’erreur 404, si, comme c’était le cas de cet ami, vous ne vous souvenez pas d’un seul achat, qu’il s’agisse d’un cadeau d’anniversaire pour un être cher ou d’un week-end, qui ait été vraiment gratifiant, si, sans compter la subsistance, votre salaire est dépensé de manière compulsive à essayer de donner un sens au week-end que vous attendiez. Si l’idée même de planifier à long terme vous remplit d’angoisse, vous devriez peut-être envisager de changer de travail.

2. Culture d’entreprise : si votre entreprise était un être humain, auriez-vous envie de la fréquenter ?

Toutes les entreprises ne sont pas des mastodontes sans visage et sans âme. Certaines ont une personnalité bien définie. Et dans certains cas, c’est le genre de personnalité avec laquelle vous ne voudriez même pas prendre un café.

Si l′ancienne entreprise de cet ami avait été un être humain, elle aurait probablement été le genre d’homme d’âge moyen qui loue une voiture de sport pour aller en vacances à Monte-Carlo, dépense 50 euros pour un White Russian, fait des remarques vulgaires sur les femmes présentes et rentre ensuite chez lui en disant à sa famille qu’il était en voyage d’affaires.

Les entreprises fonctionnent selon des processus définis, mais ces processus sont toujours inspirés par une culture qui inclut souvent des valeurs autres que la simple recherche du profit, comme la constitution d’équipes pour améliorer le climat de l’entreprise et renforcer ses valeurs. Si ces valeurs vous échappent ou, au contraire, sont parfaitement claires pour vous et que vous ne les partagez pas, vous êtes probablement au mauvais endroit.

3. Y a-t-il au moins un aspect de votre travail qui vous passionne ?

On ne choisit ou ne trouve pas toujours un emploi qui reflète ses passions et, dans certains cas, c’est même mieux ainsi, mais c’est une chose de ne pas avoir l’emploi de ses rêves, c’en est une autre de se réveiller chaque matin et de se retrouver à vivre un cauchemar.

Si la passion et l’enthousiasme ne font jamais partie de votre vocabulaire, si aucun aspect de votre activité professionnelle ne vous stimule ou ne vous aide à vous améliorer, à acquérir de nouvelles aptitudes et compétences utiles, également grâce à des activités en dehors de la vie de l’entreprise, à progresser ou du moins à rentrer chez vous avec un vague sentiment de satisfaction pour les résultats obtenus, il est peut-être temps de commencer à mettre à jour votre curriculum.

On ne peut pas vivre trop longtemps en se dissociant mentalement de ce que l’on fait. Par exemple, un exemple complètement aléatoire,  si votre dossier de vente dit “plumez le poulet et courez” et que vous n’êtes pas un individu moralement bas, prenez la moitié du conseil et courez, peut-être vers un autre emploi.

4. Vos collègues et votre patron sont-ils plus sympathiques que les compagnons de cellule que vous auriez si vous faisiez un malheur au bureau demain ?

Dans le cas de cet ami, la réponse était inévitablement non. Les quelques collègues à l’apparence vaguement humaine ont eu tendance à disparaître au fil des ans, soit parce qu’ils ont démissionné, soit parce qu’ils se sont conformés à la mentalité dominante de l’entreprise.

Len patron avait l’air de sortir d’un documentaire sur la façon dont des élèves de CM2 qui battent des élèves de CP deviennent des adultes. Son approche de la motivation consistait à appeler les employés cinq ou six fois par jour en leur criant des insultes, accusant chacun d’être l’élément le plus improductif de l’entreprise et les menaçant de représailles allant du licenciement à la guillotine.

Il était très démocratique : il faisait ça à tout le monde. Son style particulier d’intimidation impliquait, bien sûr, d’adapter le message à chaque employé, de sorte que l’attaque se faisait toujours à un niveau très personnel. D’une manière générale, si vos réponses aux questions précédentes étaient toutes négatives, vous pourriez ne pas démissionner si vous n’avez pas encore de plan B, mais si tous les autres aspects de votre travail étaient idylliques, une situation comme celle qui vient d’être décrite ne devrait jamais être acceptée.

Dans un monde idéal, vous dénonceriez l’intimidateur et conserveriez votre emploi, mais comme nous ne vivons pas dans un monde idéal, vous pourriez vous retrouver dans l’incapacité d’agir et devoir choisir entre votre emploi et votre santé. Et la santé, je vous le garantis, se dégrade de jour en jour lorsque vous choisissez de rester et de travailler dans un environnement malsain.

Conclusions

Tout le monde ne peut pas se permettre de quitter un emploi dans lequel il se sent frustré ou malheureux. Il va sans dire qu’avant de prendre cette décision, vous devez vous assurer d’avoir un petit parachute pour faire face à la phase de transition, voire un autre emploi déjà assuré, surtout si vous avez des obligations familiales ou financières de quelque nature que ce soit.

Nombreux sont ceux qui quittent un emploi salarié de leur propre chef, ce qui nécessite un calcul minutieux des risques encourus. Une fois ces conditions remplies, si vous avez répondu “non” à au moins trois des questions ci-dessus (ou même seulement à la dernière), vous pouvez vous autoriser la joie inouïe de vivre la scène suivante.

Juillet, vous arrivez sur le parking de votre bureau, vous sortez de la voiture en t-shirt et en jean, portant non pas le sac habituel, mais une boîte en carton contenant tout le matériel dont vous avez besoin pour votre travail. Vous rentrez par l’escalier de secours, sans pointer, vous vous arrêtez sur le palier où votre patron et une poignée de collègues en costume, avec 30°, étaient sortis fumer, vous posez la boîte aux pieds de votre patron.